Accueil Politique Macron, incarnation de la France soumise

Macron, incarnation de la France soumise

La commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv’ aura été pour le président de la république l’occasion de révéler son véritable visage et par là même celui d’une république toujours plus vassalisée.

Les premières semaines de la magistrature de Macron ont en effet été ponctuées par différentes prises de position qui en auront surpris plus d’un par leur bon sens, donnant presque l’illusion d’une géopolitique française à nouveau indépendante.

Ainsi concernant la guerre en Syrie Emmanuel Macron a refusé de considérer le gouvernement du baas syrien comme un ennemi à abattre, préférant concentrer ses efforts sur la lutte contre le terrorisme et Daesh. Manifestement conscient des conséquences de la destruction des régimes nationalistes au Moyen-Orient, le président français opère ici un retour à la realpolitik1, refusant de faire de la destitution de Bachar al-Assad une priorité et de prendre le risque de créer un nouvel état failli, et par là-même de nouveaux sanctuaires dont profiteraient assurément les organisations jihadistes.

Toujours dans une logique de rupture avec les lubies et l’impotence diplomatique de la gauche Macron n’a pas hésité à inviter le président américain Donald Trump à la cérémonie du 14 juillet, au grand dam des pleurnicheuses du politiquement correct.

Nous pouvons également ajouter à cela des prises de position pragmatique relativement à la démographie africaine en marge du G202, au cours duquel Macron évoqua également la question des différents trafics et des états faillis en tant qu’enjeux fondamentaux pour l’Afrique.

Mais ces réjouissances auront été de courte durée ; dimanche 16 juillet, celui qui lors de sa campagne présidentielle s’illustra par une diatribe puérile contre le Front National3 n’a pas hésité à recevoir un dirigeant d’extrême droite, partisan d’une politique ethno-religieuse. Les 75 ans de la rafle du Vel’ d’Hiv’ furent l’occasion pour Macron de s’illustrer devant Benjamin Nétanyahou en allant encore plus loin que ses prédécesseurs dans la repentance et la culpabilisation nationale. Marchant dans les pas de Sarkozy, qui en son temps affirmait que la Shoah fut une idée « de la France et l’Allemagne»4, Emmanuel Macron insista lourdement sur le régime de Vichy et la responsabilité française dans la déportation des juifs exonérant totalement l’Allemagne en ce qui concerne le Vel’ d’Hiv’.

Le nouveau président français continue ainsi sans surprise à stigmatiser l’histoire de France et à faire peser sur les Français une culpabilité illégitime.

Fait bien plus grave et symbolique quant à l’orientation idéologique et politique du gouvernement Macron, le président en marche s’est empressé d’assimiler antisémitisme et antisionisme, faisant ainsi acte d’allégeance non seulement au premier ministre israélien mais également au lobbying communautaire. Pourtant quoi qu’en dise le fils prodige d’Attali et Minc, le sionisme est une idéologie politique devenue au cours des dernières années un véritable suprémacisme, et non une communauté raciale ou religieuse ; ainsi l’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme n’est pas en l’occurrence un simple non sens, mais constitue une déclaration politique validant l’idéologie sioniste qu’il est impossible de critiquer ou de combattre selon notre nouveau président de la république. Il s’agit en d’autres termes d’une soumission pure et simple.

Nous serions par ailleurs très curieux de voir Emmanuel Macron débattre avec un philosophe juif de gauche comme Shlomo Sand ou avec certains rabbins orthodoxes, et les convaincre qu’ils sont en réalité… antisémites !

Notes

  • Soulignons que cette prise de position d’Emmanuel Macron fait suite à la réception en mai dernier à Versailles du président russe Vladimir Poutine
  • https://www.youtube.com/watch?v=-T6nSyDoO8k
  • Le pathétique « pas ça » du président de la république alors en plein délire, dans ce qui semblait être une tentative de ressembler à un orateur viril: https://www.youtube.com/watch?v=RwprKV-Rs5o
  • https://www.youtube.com/watch?v=yfANNq49w64

A Propos Michael Guerin

Consulter aussi

Hommage à François Duprat

Il y a 40 ans François Duprat, co fondateur du (défunt) Front National, quittait ce …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer