Accueil Politique Dans un pays où les armes sont hors la loi seuls les hors la loi sont armés…

Dans un pays où les armes sont hors la loi seuls les hors la loi sont armés…

Une fois encore l’état français s’illustre en jouant les vierges effarouchées ; car la France moderne est semblable à ces ados hypersensibles qu’elle engendre au quotidien, vivant de commémorations, de repentance et bien évidemment d’indignation.

C’est pourquoi nos médias attaquent à nouveau Donald Trump suite à son discours devant la NRA au Texas, lors duquel le président américain justifiait le droit au port d’arme en revenant sur l’attentat terroriste du Bataclan : selon Trump les victimes de l’attaque auraient pu se défendre si elles avaient été armées.

L’évidence est telle qu’on ne peut que rire jaune (comme souvent) devant les pleurnicheries des officiels français qui ont atteint un tel degré de dévirilisation, qu’ils en oublient cette simple réalité: face à une attaque quelle qu’elle soit, un individu ne peut s’en sortir que s’il est apte à se défendre à armes égales. Ceci est valable aussi bien dans le sport, que le jeu ou la guerre. On reproche à Donald Trump d’avoir « mimé » la scène des attentats et de faire ainsi offense à la mémoire des victimes du Bataclan ; c’est précisément l’inverse qui se passe car si en France on préfère « commémorer » un événement tout en oubliant l’horreur concrète et vécue du massacre, ce n’est pas le cas pour le président américain qui rappelle qu’en sus des 130 morts, l’attaque terroriste aura fait plus de 400 blessés presque jamais mentionnés….et d’ajouter fort justement que si le public avait eu la possibilité de se défendre en faisant usage d’armes à feu, le bilan n’aurait pas été si lourd puisque les terroristes auraient été neutralisés bien plus rapidement.

Devant une vérité froide et objective, le système politico-médiatique se retrouve privé de tout argument et fait donc appel au sentimentalisme, allant jusqu’à sortir François Hollande de la benne afin qu’il se joigne à la mièvrerie générale. On s’indigne à tours de bras en dénonçant la « violence » de Donald Trump tout en affirmant que la France est un pays « plus sûr » du fait de l’interdiction des armes à feu..

On croit ici rêver. La France un pays « sûr » ? Mohamed Merah, Kouachi, Coulibaly, Lahouaiej Bouhlel et plus récemment Lakdim ont tour à tour illustré la situation française en terme de « sûreté », et nous rappellent que s’il n’est pas nécessaire de posséder une arme à feu pour faire un carnage, le propre du criminel est précisément d’ignorer les prescriptions juridiques : ainsi le hors la loi n’aura-t-il aucune difficulté à se procurer ce que la loi bannit. Parler d’une France « sûre », voilà qui constitue une véritable insulte à la mémoire des victimes tombées sous les tirs des terroristes ou de la racaille !

Car le caractère particulièrement criminogène de la France moderne n’est pas seulement le fait du terrorisme, mais bien plus de la délinquance et de la criminalité quotidiennes dont les citoyens lambda sont victimes : vols, agressions, braquages, effractions… Aucune frange de la population – exception faite de l’hyperclasse – ne peut vivre dans un climat de sécurité et de sérénité, dans la mesure où l’état français renonce chaque jour un peu plus à l’ordre public en se perdant notamment dans les méandres politico-juridiques de l’Union Européenne.

En terme de vision du monde et de géopolitique Donald Trump s’est avéré être un agent zélé de l’atlantisme en soutenant les régimes wahhabites du Golfe et l’extrême droite israélienne1, mais ceci n’enlève rien au fait que sa politique intérieure soit bien plus digne d’éloge que celle que nous subissons chaque jour sous Macron ; le président américain a notamment « relocalisé » des entreprises, continué sa lutte contre l’immigration de masse, protégé les droits individuels des citoyens.

En France l’indignation permanente d’un régime castré qui se réjouit de sa jeunesse à ourlets et chignons connaissant l’écriture inclusive ne peut dissimuler la nature du régime d’Emmanuel Macron, qui tout en s’alignant sur Washington/Tel-Aviv sur le plan international conserve sa « spécificité française » lorsque cela l’arrange en désarmant ses citoyens, les privant ainsi de tout droit à l’autodéfense2Pourtant il ne s’agit pas de faire l’apologie du système américain en la matière, bien trop « libre » et libéral, mais de concilier ordre public et droit individuel à l’autodéfense: le droit de posséder une arme à feu pourrait être ainsi assorti de plusieurs conditions dont un casier judiciaire vierge et un bilan psychologique adéquat.

Tant que la France se refusera à considérer un tel droit à l’autodéfense, elle contribuera indirectement au sentiment de sécurité et d’impunité qui anime les criminels tout en faisant de ses citoyens honnêtes des cibles potentielles, des proies sans défenses…et de nouveaux Bataclan seront à prévoir.

 

Notes

  • Fort étrangement les médias et les bonnes consciences ne se sont pas manifestés en ce qui concerne ces « problématiques »
  • A cela il convient d’ajouter le climat liberticide qui règne en France, et le fiscalisme qui ajoute à l’oppression constante subie par le citoyen

A Propos Michael Guerin

Consulter aussi

La loi « asile et immigration », une pathétique démonstration de l’impuissance et du suicide français

Depuis quelques jours d’obscurs députés sans aucune qualification politique ayant surfé sur la vague LREM …